10 phrases à ne pas dire en entretien

Nous savons que l’exercice de l‘entretien n’est pas aisé. Il arrive que certains ne soient jamais à l’aise avec cette pratique et que d’autres n’y soient simplement jamais confrontés.

En tant que recruteur, nous prenons toujours en compte le facteur « stress » lorsque vous vous retrouvez en face de nous. Ceci dit, il y a des phrases qui relèvent plus de l’impair que du stress et qu’il vaut mieux éviter. Nous vous expliquons pourquoi.

 

  1. « Je l’ai déjà précisé sur mon CV »

Alors oui, vous avez peut-être déjà mentionné une information ou un chiffre dans votre CV, mais si le recruteur vous pose la question c’est qu’il a une raison : il souhaite que vous développiez l’information, que vous apportiez des éléments nouveaux. Même si votre CV est détaillé, il est là pour alimenter la discussion de l’entretien.

  1. « En quoi consiste l’activité de votre entreprise ? »

Nous l’écrivons régulièrement : renseignez-vous sur l’entreprise avant l’entretien, ce ne sont pas les outils qui manquent. Si toutefois il vous manque des informations lors de l’entretien (ce qui peut arriver), formulez votre question de manière précise : « Comment vous distinguez vous de vos concurrents ? » « Quelle est votre stratégie pour les années à venir ? » etc.

  1. « J’avais fait le tour de mon poste » 

Les raisons d’un départ peuvent être multiples mais avoir fait le tour du poste n’est pas valable aux yeux d’un recruteur. A moins de mettre les formes à votre réponse : « j’avais atteint mes objectifs » ou « il n’y avait pas de perspectives d’évolution ». Il peut démontrer d’un manque d’ambition ou de curiosité de votre part.

  1. « J’ai les qualités de mes défauts »

S’il est bien une phrase que l’on ne souhaite plus entendre, c’est bien celle-ci. Ce n’est ni une pirouette, ni une phrase d’esprit, mais simplement la réponse d’une personne qui ne se remet pas en question. La question des qualités et des défauts vise surtout à voir votre capacité à prendre du recul, votre connaissance de vous-même et ce que vous avez/pouvez mettre en place pour y palier.

  1. « Où je me vois dans 5 ans ? A votre place »

A l’instar de « j’ai les qualités de mes défauts », cette phrase se voulant drôle fait plutôt mauvais genre. Oui vous pouvez avoir de l’ambition, et ce peut-être une bonne chose, mais vous ne savez pas comment la personne en face de vous prendra ce trait d’esprit.

  1. « Je suis le meilleur / la personne qu’il vous faut »

Plutôt que de crier votre adéquation avec le poste, démontrez le pendant l’entretien : parlez de vos réalisations, de votre expérience et de ce que vous saurez apporter en plus à l’entreprise. N’affirmez pas, convainquez.

  1. « Désolé il y avait des bouchons »

La première marque de motivation d’un candidat pour un poste c’est sa capacité à tout mettre en œuvre pour être dans de bonnes conditions à son rendez-vous. Bien sûr, personne n’est à l’abri d’un imprévu, mais votre capacité à anticiper sur des bouchons sera une compétence supplémentaire mise en avant. Nombreux sont les recruteurs qui n’en tiendront pas rigueur, surtout si vous avez bien pris le soin de prévenir votre interlocuteur de votre retard, mais le mieux reste de prendre ses dispositions.

  1. « Je ne sais pas »

Il est humain de ne pas savoir, et admettre de ne pas savoir est souvent mieux que d’inventer une réponse. Ceci dit, si la question porte sur vos réalisations ou le chiffre d’affaires que vous avez réalisé l’année précédente, c’est beaucoup plus grave. Vous pouvez bien entendu ne pas avoir le chiffre précis et donner dans ce cas une fourchette.

  1. « Tout est clair je n’ai pas de questions »

Si vous n’avez pas de questions à la fin d’un entretien au cours duquel vous avez déjà posé des questions, notamment sur le poste, cela peut être légitime. Toutefois, si vous n’avez pas posé de questions par ailleurs, vous devez forcément en avoir une, à minima sur la suite du processus.

  1. « Mon patron n’y connaissait rien / était un incompétent (ou pire) »

Ne dites jamais de mal de votre ancien manager ou dirigeant en entretien, c’est très mal perçu. Même en fin d’entretien, lorsqu’on est en confiance.

Vous courrez le risque que votre interlocuteur fasse un transfert entre ce que vous venez de lui dire… et ce que vous pourrez dire de lui (ou de votre futur employeur) si vous partez un jour.

Personne n’est blanc comme neige et vous pouvez effectivement avoir des divergences de points de vue avec votre dernier N+1, mais nuancez bien vos propos.

N’oubliez pas un dernier point : parler de ses expériences ou de ses formations de manière négative renvoie également une image négative de vous : trouvez toujours le positif, cela appuiera sur votre capacité à rebondir et à voir le bon côté des choses.

 

Envie de relever un nouveau challenge ? Découvrez toutes nos offres d’emploi.

Voir toutes les actualités