5 conseils pour décrypter un CV

Vous lancez un recrutement et vous voilà avec une pile de CV qu’il vous faut décortiquer.

Si vous êtes au fait des compétences que vous voulez trouver dans les CV des candidats, saurez vous aussi déceler ce qu’ils ne veulent pas que vous voyez ?

Des petites incohérences qui pourraient soulever de vraies questions et qu’il convient d’éclaircir rapidement…

  1. Mise en page
    Si un beau CV est toujours plus agréable à parcourir, méfiez vous des belles carrosseries qui peuvent cacher un mauvais produit… Aussi lisez bien entre lignes, y compris sur un CV qui n’est pas attractif au premier regard. Vous pourriez y trouver un très bon profil.
  2. Langage
    Au-delà de la nécessité d’être vigilant sur le niveau d’orthographe, soyez vigilants à plusieurs points :
    – l’utilisation du jargon spécifique du métier, plutôt rassurant sur des métiers à haut niveau de qualification (type ingénieur). Si le candidat reste générique, a-t-il vraiment le niveau qui est demandé ?
    – le niveau de langage (notamment dans la lettre de motivation) qui doit être cohérent par rapport à la profession. Si vous proposez un poste de technicien et que la lettre de motivation ou les tournures de phrases relèvent plus d’un candidat ayant fait Khâgne et Hypokhâgne, interrogez-vous sur l’auteur de la lettre. Quelles sont les autres choses que le candidat n’a pas faites lui-même ?
    – l’utilisation massive d’expressions imprécises : « participation à », « connaissance en », «en collaboration avec ». Quelles sont les réalisations du candidat ? Quelles sont les missions qu’il a menées en autonomie ?
  3. Chronologie et cohérence
    Il n’est pas interdit que le parcours du candidat montre des interruptions. Sont-elles logiques ? Sont-elles corrélées à de brusques changements de carrière ? Les choix de carrières sont-ils cohérents ?
    N’hésitez pas à poser la question au candidat en espérant qu’il sera plus transparent que sur son CV.
  4. Diplômes
    Attention aux mentions du type « niveau Master ». A-t-il bien obtenu son diplôme ou s’est-il arrêté en cours de route ? Si vous avez un doute, vous avez le droit d’appeler l’école, pour peu que le candidat soit informé que vous pouvez effectuer ce type de vérification.
  5. Trop de motivation
    Un candidat trop insistant ou trop motivé peut paraître louche. Pourquoi a-t-il impérieusement besoin de ce poste ? est il en procédure de licenciement ?
    De manière générale le trop est l’ennemi du bien, y compris dans la liste des intérêts. Clairement, personne n’a le temps de faire et d’aimer la cuisine, la littérature, le parapente, la moto, les voyages… On s’attend ici à ce que les candidats soient précis également.

Les questions à se poser :

  • Peut on être expert dans son domaine à 22 ans ?
  • Peut on parler 6 langues couramment sans nom à consonance étrangère ou sans avoir voyagé ou travaillé à l’international ?
  • Si le candidat est très intéressé par ce poste à 300km de son domicile, est il bien prêt à déménager ?

N’oubliez pas qu’en vertu de la loi sur l’Emploi du 31 décembre 1992, vous avez le droit de vérifier les informations données par le candidat. « Ces informations doivent présenter un lien direct et nécessaire avec l’emploi proposé ou avec l’évaluation des aptitudes professionnelles. Le candidat à un emploi ou le salarié est tenu d’y répondre de bonne foi. ». (Article 1221-6 Code du Travail)

Pour ce faire vous devez simplement informer le candidat que vous allez procéder à des vérifications (article 1221-8 et 1221-9 du Code du Travail).

Voir toutes les actualités