6 erreurs fréquentes de recrutement que vous pouvez éviter

Tout ne se déroule malheureusement pas comme sur des roulettes lorsque vous entamez une campagne de recrutement. Pour être efficace il s’agit de se poser les bonnes questions, parce que ce recrutement est forcément clé pour votre entreprise : augmentation de production, notoriété etc…

Mais voilà, le candidat idéal ne frappe pas à votre porte… et vous en avez besoin !

Voici 6 raisons pour lesquelles vous manquez peut-être la perle rare.

 

  1. La définition du profil
    Nous ne le répéterons jamais assez, avoir une idée précise du poste est la clé du recrutement. Vous n’attirerez pas le candidat idéal si vous ne savez pas qui il est ni quelles compétences il peut vous apporter. Bien entendu un profil peut évoluer en fonction des candidatures reçues, mais afin d’éviter les écueils pensez à bien discuter avec l’ensemble des personnes concernées par l’arrivée de la nouvelle recrue.
  2. Penser que la perle rare répondra seule à l’annonce
    Bien entendu il est possible qu’avec une annonce  qui rende parfaitement compte du poste et si celui-ci est vraiment attrayant, le candidat idéal postule directement. Mais nous ne saurions que trop vous conseiller de ne pas vous borner à cette solution. Les CVthèques, mais également les réseaux sociaux (tout en évitant les principaux pièges en la matière) sont autant de ressources à exploiter et vous pouvez également vous faire épauler de spécialistes (lien ELATOS) pour les profils pénuriques.
  3. Recruter dans l’urgence
    Un recrutement se prépare, et au mieux à l’avance. Clairement, recruter en mai pour une arrivée en septembre est parfois déjà presque trop tard, et recruter dans l’urgence n’apportera rien de bon : c’est au contraire le meilleur moyen de se précipiter sur le premier CV venu afin de parer au plus pressé.
    Si possible prévoyez un plan de recrutement sur l’année en anticipant l’activité, et si vous devez remplacer un collaborateur, réfléchissez très tôt aux solutions à mettre en place en attendant l’arrivée de la nouvelle recrue plutôt que de vous jeter sur le premier CV qui semble attirant.
  4. S’arrêter uniquement sur le CV
    Le CV n’est qu’un instantané de la carrière d’un candidat, aussi ne vous bornez pas à sa simple lecture. Préparez les entretiens en lisant entre les lignes, en décelant les points qui soulèvent des interrogations et en prenant des références. Cela pourra vous rassurer sur les aspects techniques mais également sur la personnalité du candidat.
  5. Rater l’intégration.
    L’intégration fait partie intégrante du recrutement, et ce jusqu’à la fin de la période d’essai ! en effet cette période est encore faite pour que candidat et employeur continuent à faire leurs preuves ou tout du moins à se « séduire » l’un et l’autre. Veillez à accompagner votre nouvelle recrue et surtout à l’intégrer correctement au reste de l’équipe (tous nos conseils sur l’onboarding). Il serait dommage que le candidat rompe sa période d’essai car il ne retrouve pas ce qui lui a été « vendu » pendant l’entretien en termes de culture d’entreprise ou de promesses quant à son poste et ses missions.
  6. Sous-estimer le coût de l’échec
    Un recrutement raté a un impact en termes de coûts bien plus important qu’on ne saurait le penser.
    Il n’est pas uniquement question du salaire versé pendant quelques temps ou des indemnités de rupture de contrat. Il s’agit plutôt de la charge de travail qui va se répercuter sur le reste de l’équipe, de la démotivation des collaborateurs, du chiffre d’affaires qui ne sera pas réalisé et des opportunités non-transformées…
    Ainsi que du temps qu’il faudra passer à effectuer un nouveau recrutement…
Voir toutes les actualités