Candidature spontanée : 4 faux pas à éviter !

Si le job de vos rêves ne se trouve pas à portée de clic, ne désespérez pas, et surtout, pensez à la candidature spontanée.

Non, la candidature spontanée n’est pas un coup d’épée dans l’eau. Au contraire, elle peut arriver au moment le plus opportun dans une entreprise, alors que celle-ci commence juste à réfléchir à l’ouverture d’un poste.

Mais l’envoi d’un email ne fait pas tout, bien au contraire.

Pour être percutant et que le recruteur se souvienne de vous, doublez votre candidature spontanée d’un appel, en évitant certains écueils qui pourraient être préjudiciables à votre avenir dans la société.

  1. Ne pas cibler
    Avant même d’envoyer votre candidature spontanée, interrogez-vous sur la pertinence de votre profil par rapport à l’entreprise visée. Un responsable grands comptes dans la grande distribution sera-t-il pertinent auprès d’une entreprise spécialisée sur une niche dans l’énergie ?
    Prenez le temps de bien connaître l’entreprise dans laquelle vous postulez, d‘étudier les postes qu’elle pourrait proposer et d’adapter votre CV et votre lettre de motivation en fonction.
  2. N’envoyer qu’un CV
    Erreur ! Puisque vous ne postulez pas un poste précis, il faut penser à argumenter et motiver votre candidature spontanée. Vous n’êtes bien entendu pas obligé de vous fendre d’une page complète, un mail de quelques lignes bien écrit peut faire l’affaire. Et ce surtout si vous avez pris le temps de faire un petit travail de recherche sur l’entreprise et ses métiers en amont, vous aurez les mots percutants pour retenir un temps soit peu l’attention du recruteur.
  3. Ne pas se renseigner en amont
    Pour que votre appel soit percutant, faites votre enquête avant d’appeler, surtout si vous voulez passer le filtre du standard.
    Dans une entreprise, essayez de trouver le nom d’un(e) chargé(e) de recrutement.
    Dans un cabinet de recrutement, il y a peu de chance que vous puissiez vous entretenir avec un consultant directement, et un chargé de recherche sera plus à même de vous renseigner.
  4. Ne pas savoir où on va
    Votre appel aura un but : rappeler votre candidature à votre interlocuteur et lui donner les informations dont il a besoin pour se faire une idée rapide de votre profil.
    Votre projet professionnel doit être clair, vous devez savoir où vous voulez aller.
    Dans la lignée du conseil suivant, soyez factuel. Que ce soit dans votre mail, votre lettre de motivation ou au téléphone, n’oubliez pas que votre candidature ne va pas répondre à un besoin, et l’on vous accordera très peu de temps (voire même, on rechignera à vous en accorder).
    Clarté et précision sont alors vos maîtres-mots. Donnez au recruteur les éléments les plus pertinents pour lui : votre mobilité, votre rémunération, autant d’éléments qui ne se trouvent ni dans votre CV, ni dans votre lettre et qui apporte la valeur ajoutée à votre appel.
    Cela sera d’autant plus apprécié.

 

Envie de relever un nouveau challenge ? Découvrez toutes nos offres d’emploi.

Voir toutes les actualités