Débat sur la rentabilité de l’éolien offshore au Royaume-Uni

Plusieurs débats agitent le Royaume-Uni au sujet de l’éolien offshore : selon certains, cette technologie de production d’électricité verte ne serait pas encore suffisamment rentable et…
…performante. La nécessité pour ces éoliennes de consommer de l’électricité en hiver pour ne pas givrer est notamment dénoncée. Par ailleurs, faute d’un raccordement suffisant au réseau, le surplus d’électricité produite par les éoliennes offshore du Nord de l’Écosse ne peut être acheminé vers les terres. Pourtant, l’éolien offshore constitue une très importante ressource potentielle d’électricité verte pour le Royaume-Uni.Des éoliennes qui produisent de l’électricité mais en consomment également

Offshore WindparkOffshore WindparkL’éolien offshore connait un succès grandissant ces dernières années au large des côtes européennes. Ces infrastructures profitent des vents plus forts et plus réguliers au large pour produire plus d’électricité qu’une éolienne située sur la Terre. Toutefois, implanter des éoliennes dans la mer induit des contraintes particulières, qui conduisent à des coûts de construction et d’entretien plus élevés que ceux des éoliennes terrestres.
La consommation d’électricité fait partie des dépenses de maintenance des éoliennes offshore. En effet, ces infrastructures par temps froid ont besoin de tourner en permanence pour ne pas givrer et se détériorer. Pour cela, lorsque le vent n’est pas assez fort, les éoliennes consomment de l’électricité.
Pour les détracteurs de l’éolien en mer, cette consommation constitue une preuve de sa non-rentabilité. Selon eux le coût de production de l’électricité des éoliennes offshore est trois fois supérieur à celui d’une centrale à gaz ou à charbon.

Les défenseurs de l’éolien en mer avancent quant à eux l’argument selon lequel l’électricité consommée par les parcs ne représente qu’une « minuscule fraction » de ce qu’ils produisent, pour reprendre les termes de Rob Norris, porte-parole de RenewableUK. Celui-ci rappelle également que « tous les générateurs, y compris les centrales à gaz ou nucléaires, consomment un peu d’électricité alors même qu’ils en produisent ».

En Écosse, les insulaires disposent d’une électricité moins chère
En Écosse, c’est une autre affaire qui est venue poser la question de la rentabilité des éoliennes offshore. Les habitants de deux îles de l’archipel des Orcades, dans le Nord du pays, vont donc bénéficier de tarifs avantageux pour leur électricité, afin d’être incités à changer leurs appareils et leurs véhicules et ainsi réduire leur dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles.
La raison de ce tarif préférentiel ? Lorsque le vent souffle fort sur le parc éolien situé à proximité de cet archipel, le surplus d’électricité généré ne peut pas être acheminé vers la terre faute de câbles assez puissants et compte-tenu du coût important de construction d’un nouvel équipement. Les générateurs doivent donc être mis à l’arrêt alors qu’ils représentent une source très importante d’électricité verte pour le Nord de l’Europe.
Les autorités locales ont alors demandé à ce que des tarifs incitatifs soient mis en place pour que la demande d’électricité des consommateurs des îles, directement connectés, puisse augmenter lorsque les vents forts conduisent à une surproduction d’électricité. Actuellement, les tarifs de l’électricité en Écosse sont fixes.

L’Écosse représente un gisement potentiel très important en matière de production d’électricité verte, mais les connexions avec le réseau britannique sont encore difficiles. Au Royaume-Uni, 10% de l’électricité consommée est d’origine éolienne (contre environ 3% en France).

Rédigé par Helene Menard
 
Retrouvez l’article sur Lenergeek
Voir toutes les actualités