Emmanuel Macron Président : quelles perspectives pour les filières de l’énergie ?

Cet article n’a qu’une vocation informative sur les engagements du futur Président de la République et ne poursuit aucun objectif politique.

Au lendemain des résultats de l’élection présidentielle, quelles sont les grandes mesures annoncées par Emmanuel Macron dans les domaines de l’énergie, et quel sera leur impact sur l’emploi de ces filières ?

Même si le sujet des énergies et de l’environnement a été le grand absent du débat qui a opposé Emmanuel Macron à Marine Le Pen pendant l’entre-deux tours, le futur Président de la République s’est pourtant positionné sur de nombreux points en amont.

Au sujet du nucléaire, Emmanuel Macron s’inscrit dans la continuité de ce qui a été mis en place durant le quinquennat de François Hollande. Ainsi, il vise toujours une réduction du nucléaire de 50% dans la production d’électricité en France d’ici 2025, comme prévu par la loi. Il mesure toutefois son propos, déclarant vouloir attendre l’audit de l’Autorité de Sûreté Nucléaire portant sur 58 réacteurs prévus pour 2018, ainsi qu’une comparaison du coût avec les autres énergies.

Pour Emmanuel Macron, le maintien du nucléaire en France étant dépendant de la sûreté du système, le service et la maintenance nucléaires devraient être créateurs d’emplois.

Concernant les énergies renouvelables, le nouveau Président de la République entend jouer la transparence, en donnant une visibilité totale sur les appels d’offres. Il souhaite mettre en place une politique plus ambitieuse sur les EnR, et s’engage à raccourcir et simplifier les procédures d’installations pour doubler la capacité en éolien et en solaire PV d’ici 2022, ce qui représenterait 26 GW supplémentaires. Cette volonté, couplée à son engagement de porter la part du renouvelable à 32% du mix-énergétique d’ici 2030, devraient continuer à dynamiser le secteur.

Toutefois, le financement de ces mesures reste un peu incertain, puisque l’Etat « devrait encourager l’investissement privé pour mobiliser 30 milliards d’euros d’investissements ».

Nous pouvons espérer que la dynamique positive actuelle du solaire PV joue un rôle prédominant pour attirer les financements nécessaires à la mise en œuvre de ces mesures.

En tout état de cause, les prochains mois permettront de connaître l’engagement réel d’Emmanuel Macron pour les filières de l’énergie.

Voir toutes les actualités