L’année 2014, un bon millésime pour les énergies renouvelables

Les énergies renouvelables ont le vent en poupe. L’éolien et le solaire ont notamment connu une forte progression (+12% en 2014). Les énergies fossiles, quant à elles, ont reculé de 7%, selon un rapport publié jeudi dernier par RTE, filiale d’EDF chargée du réseau de transport d’électricité français. Ce rapport est une synthèse de données provisoires fournies par les membres de l’ENTSO-E (European network of transmission system operators), qui regroupe 41 opérateurs présents dans 34 pays.

En 2014, la consommation d’électricité globale pour la zone de l’ENTSO-E a plafonné à 3.210 TWh. Elle est en diminution de 2,4% par rapport à 2013, notamment à cause d’une météo clémente, du ralentissement économique (fermeture d’industries lourdes) et des progrès réalisés en matière d’efficacité énergétique. Cela s’est vérifié pour certains pays, et notamment la France, où le chauffage électrique reste la principale source d’apport calorifique. Par rapport aux années précédentes, les productions hydroélectriques et nucléaires sont restées stables. En 2014, la puissance installée de l’ENTSO-E s’élève à 1.024 GW. Les sources d’énergie renouvelable non hydraulique ont augmenté de 11 GW (+4,9% par rapport à 2013) et représentaient 22% de la puissance installée globale de l’ENTSO-E.

Les énergies renouvelables

Toujours en 2014, la Grande-Bretagne et la Belgique ont enregistré une baisse de leur production d’énergie nucléaire. Elle est principalement due à la fermeture temporaire de certains réacteurs cette même année. Cette baisse a été compensée, en partie, par l’augmentation de la production des énergies renouvelables (+6,6%). Durant les trois années précédentes, la part des énergies fossiles étaient en régression dans tous les pays européens. Plusieurs facteurs expliquent cette tendance : d’une part, l’augmentation de la part des énergies vertes dans le mix énergétique ; d’autre part, la fermeture de certaines centrales thermiques jugées non conformes aux normes écologiques. L’Allemagne, l’Espagne et la Grande-Bretagne représentent, à elles trois, plus de la moitié de la production éolienne totale de l’ENTSO-E (254 TWh, soit 56%). L’Allemagne, l’Italie et l’Espagne sont les plus gros producteurs d’électricité à partir d’énergie solaire (78% de la production totale, soit 91 TWh). L’éolien et le solaire, représentent 14,4% de la consommation totale de l’ENTSO-E.

En outre, les exportations d’électricité, au cours de l’année 2014, sont en augmentation par rapport aux années précédentes. Cela concerne les pays situés sur une ligne allant du Nord-Est vers le Sud-Ouest (passant par l’Allemagne et la France). Dix pays membres de l’ENTSO-E exportent plus de 10% de l’électricité qu’ils produisent chaque année vers des pays voisins. La part des importations vers l’Italie et la Grande-Bretagne est elle aussi en hausse. Onze pays de l’ENTSO-E importent plus de 10% de leur consommation annuelle depuis d’autres pays du réseau.

Ce constat s’inscrit dans la politique pour une croissance verte menée par le gouvernement français dans le cadre de la transition énergétique. Cette dernière visera notamment à réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production électrique à l’horizon 2025.

Rédigé par Samuel Bedin

Retrouvez l’article sur l’énerGeek

Voir toutes les actualités