Rémunération : faut il faire monter les enchères ?

Recruteurs depuis 15 ans, nous sommes réalistes : le salaire peut parfois constituer le nerf de la guerre lors d’un recrutement : il peut être l’impulsion qui confirmera l’attrait d’un poste, ou le signal qui vous fera refuser une offre. Dans tous les cas, il faut absolument en parler et être tout à fait transparent sur vos attentes.

En parler

Tout d’abord, il convient d’arriver en entretien en ayant fait ses devoirs : si vous changez de branche, prenez quelques minutes avant l’entretien pour rechercher des informations sur la rémunération du secteur, ou du moins sur ce type de poste.
Si vous restez dans des missions similaires dans le même domaine, soyez au clair sur vos salaires, vos primes et autres avantages. Ce seront autant d’éléments à faire peser dans la balance.

Si vous êtes sur un poste similaire, vous pouvez alors peut-être prétendre à plus que ce que vous gagnez aujourd’hui, sans dépasser les 15%. Ne soyez pas trop gourmand, le recruteur ne pourrait pas apprécier que vous vous surévaluiez.

Le mieux est de laisser ce dernier aborder ce sujet. Un entretien se termine, et ne devrait pas se terminer sans que le sujet du salaire ne soit abordé, et il est plus simple de négocier si vous savez ce que l’autre « a dans sa manche ».

Si le recruteur ne parle pas de la rémunération, il ne sera pas offusqué que vous lui demandiez ce qu’il en est. L’idéal est de le laisser annoncer le salaire envisagé pour le poste, et que vous lui indiquiez une fourchette de rémunération, plutôt qu’un chiffre précis. Cela laisse une porte ouverte pour la négociation.

Les autres avantages

N’oubliez pas que le salaire ne fait pas tout.

La rémunération peut englober des primes, variables, 13eme salaire et surtout, d’autres avantages peuvent être négociés. Surtout ne fermez pas la porte si le salaire indiqué peut vous sembler juste par rapport à vos prétentions car tout se négocie d’une part (dans la limite des grilles salariales pour les grands groupes), mais les à-côtés ne doivent pas être négligés.

Vous pouvez également gagner en qualité de vie, ou même négocier un 4/5e si la négociation sur le salaire n’est pas possible.

Jouer la montre avec son employeur

Si vous êtes déjà en poste, le changement de poste peut être l’occasion de négocier une augmentation de salaire avec votre employeur actuel.

Attention, cependant, il s’agira d’être prudent, car à jouer la montre et faire monter les enchères vous prenez 2 risques :

  • Celui que votre futur employeur perde patience et finisse avec une piètre opinion de vous. Votre intégration en entreprise ne se fera peut-être pas sous les meilleurs auspices.
  • Le second risque est la méfiance que votre démarche pourra engendrer chez votre employeur actuel. Si vous restez finalement sur votre poste, vous aurez tout de même envoyé le signal que vous êtes à l’écoute et pouvez saisir l’opportunité de partir à nouveau.

 

Envie de relever un nouveau challenge ? Découvrez toutes nos offres d’emploi.

Voir toutes les actualités