USA : Les objectifs climats difficilement atteignables sans nucléaire

Dans le cadre du « Plan Clean Power », le gouvernement de Barack Obama s’est fixé l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des centrales électriques américaines de 32% par rapport aux niveaux de 2005…
Dans cet ambitieux programme environnemental, la place de l’atome est encore indéfinie.
Or, selon les conclusions d’une étude réalisée par le think tank Third Way avec l’aide des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, la fermeture anticipée des centrales nucléaires américaines pourraient rendre les objectifs climatiques américains très difficiles à atteindre.
Les auteurs de l’étude ont envisagé un scénario dans lequel l’ensemble des réacteurs nucléaires des États-Unis seraient stoppés, à l’exception des centrales actuellement en construction (au nombre de 5). Un scénario, certes peu probable dans le mesure où l’administration Obama apporte son soutien à la filière nucléaire, mais qui engendrerait une hausse de 17% des émissions de CO2 des États-Unis d’ici 2025.
« L’écrasante majorité du parc nucléaire des États-Unis serait remplacé par le gaz naturel, résultant en une augmentation significative de nos émissions carbone (…). Le départ à la retraire des centrales nucléaires américaines pourrait donc saboter les réductions de carbone visées par le Plan Power Clean et, dans le pire des cas, anéantir la valeur d’une décennie de progrès efficace et ramener les émissions du secteur de la production d’électricité aux niveaux de 2005 », expliquent notamment les auteurs de l’étude…
Rédigé par Jacques Mirat
Retrouvez l’article sur L’Energeek
Voir toutes les actualités