Quelles sont les 4 astuces pour réussir son entretien ?

En fonction du poste à pourvoir, vous ne serez pas soumis au même type d’entretien d’embauche. Mieux vaut anticiper et se préparer à plusieurs situations. Découvrez nos 4 conseils !

Réussir un entretien

1. L’entretien chronologique : veillez à la cohérence de votre parcours

C’est l’entretien d’embauche le plus utilisé par les recruteurs. Le principe est simple : vous partez de vos formations, relatez vos expériences les plus significatives vis-à-vis du poste, de la plus ancienne, jusqu’à la plus récente, pour arriver à votre situation actuelle.
Si vous avez effectué des changements de direction, comme le passage d’un grand groupe à une PME, ou un changement de fonction, expliquez-vous.
Mais attention à ne pas faire de monologue. En demandant, par exemple, au recruteur de préciser certaines de ses questions, ou en posant à votre tour, des questions sur l’entreprise.

2. L’entretien sans CV : sachez vendre vos compétences et votre expérience

Deux cas de figure possibles : soit le recruteur n’a jamais vu votre CV, soit il le tient à l’envers sur la table. Cette technique est censée concentrer l’attention du recruteur sur la personnalité du candidat.

3. L’entretien déstabilisant : prouvez que vous maîtrisez votre stress

On rencontre ce type d’épreuve notamment pour les postes de commerciaux ou encore de managers à fortes responsabilités. Objectif : tester leur résistance au stress. Souvent, l’entretien se déroule avec deux recruteurs, l’un endossant le rôle de « gentil », l’autre celui du « méchant ». Vous serez, par exemple, soumis à une mise en situation extrême. Ou vous croulerez sous le feu de questions : « parlez-moi d’un échec, d’un conflit avec un collaborateur, un manager… ; Comment analysez-vous ce conflit ? ; Ah donc vous ne supportez pas les ordres… ». Autant de phrases enchaînées sans même vous laissez le temps de répondre (ou à peine).
Vous serez alors jugé sur votre réaction à chaud tant sur le fond que sur la forme. Le regard qui part dans tous les sens, le recul sur sa chaise, des mots qui peinent à sortir… sont autant de signaux d’alerte pour le recruteur.

4. L’entretien empathique : sachez rester pro

C’est l’opposé de l’entretien déstabilisant. « Là, c’est un peu « Bas les masques » de Mireille Dumas. Le recruteur fait tout pour mettre le candidat hyper à l’aise. Les questions sont moins brutes et plus ouvertes. Il s’agit de créer un climat de confiance afin d’extraire le meilleur du candidat en l’aidant à se livrer.
Plus d’info sur Cadremploi
Voir toutes les actualités