Stockage par batteries : la Banque Mondiale va soutenir les pays émergents

Le Groupe de la Banque Mondiale vient d’annoncer la création d’un programme pour développer les solutions de stockage d’électricité par batterie dans les pays émergents, à la fois pour accompagner le déploiement des énergies renouvelables et sécuriser le réseau électrique. Un milliard d’euros vont directement être investis.

Disposer d’unités de stockage performantes est une nécessité pour réussir la transition énergétique. Pour intégrer davantage d’énergie renouvelable issue de sources intermittentes (éolien et solaire), il faut pouvoir stocker l’électricité produite dans les périodes où la production dépasse la consommation. Elle est ensuite déstockée quand la consommation dépasse la production (ou quand, plus simplement, la production est nulle, en cas d’absence de vent ou de soleil).

Le stockage sur batterie, une nécessité pour développer les EnR

La solution la plus mature actuellement est l’utilisation de batteries électrochimiques, notamment les batteries Lithium-Ion – même si cette technologie pose de réels problèmes, en terme de pollution, de recyclage et d’utilisation de métaux rares, et sera sans doute, à moyen terme, remplacée par des solutions plus propres (des laboratoires de recherche planchent, dans le monde entier, sur cette question).

Mais, pour l’heure les batteries sont la meilleure solution disponible. Dès lors, la Banque Mondiale vient d’annoncer la création d’un « Programme d’accélération du stockage de l’électricité sur batterie au service du développement ». Rappelons que la Banque Mondiale est une institution financière internationale qui propose des prêts à effet de leviers pour les pays dit émergents.

stockage-banque-mondiale-pays-emergents

L’éolien et le photovoltaïque ont le vent dans le dos, y compris dans les pays émergents

L’institution est partie du constat que les énergies renouvelables, notamment l’éolien et le photovoltaïque, se développaient à un rythme soutenu partout dans le monde, y compris dans les pays émergents : « Le système énergétique mondial subit une transformation majeure. Le coût attractif de l’éolien et du solaire et les dernières innovations en la matière, du solaire flottant aux toits photovoltaïques, constituent pour de nombreux pays une offre convaincante, qui a le mérite en outre de contribuer aux efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique » précise ainsi la Banque Mondiale.

En 2016, les deux-tiers des nouvelles capacités électriques installées dans le monde étaient d’origine renouvelable, et cette proportion ne cesse d’augmenter, réduisant chaque année davantage les investissements dans les nouvelles centrales à combustible fossile ou nucléaires. La période 2017-2022 devraient voir 920 GW de puissance renouvelable supplémentaire installée dans le monde, notamment dans les pays émergents, qui disposent pour la plupart d’un important potentiel solaire et / ou éolien.

stockage-banque-mondiale-pays-emergents

Ces pays, où la demande en énergie croît fortement et où de nombreux habitants n’ont pas encore un accès sécurisé à l’électricité, gagneraient à faire le pari des renouvelables pour faire entre leurs réseaux électriques dans le XXIème siècle. Mais, pour y parvenir, des solutions de stockage sont indispensables.

La Banque Mondiale investit déjà dans le stockage d’électricité

La Banque Mondiale est déjà un investisseur de premier plan dans le stockage, puisqu’elle a financé 15% des 4,5 GWh de capacité de stockage sur batterie actuellement disponible dans les pays émergents. Les projets les plus emblématiques ont été installé en soutien d’un projet solaire en Haïti et d’une centrale solaire pour les situations d’urgence en Gambie, auxquels s’ajoute une multitude de micro-grid partout dans le monde. De nombreux autres projets d’ampleur sont d’ailleurs en cours.

Mais la Banque Mondiale, avec son nouveau programme, choisit d’augmenter encore ses efforts : « Alors que les prix des énergies solaire et éolienne atteignent à l’heure actuelle des niveaux historiquement bas, les pays veulent exploiter ces technologies aussi largement que possible pour répondre à leurs besoins énergétiques. Cependant, pour tirer pleinement parti de ces énergies, nous avons besoin d’un stockage sur batterie massif et à un coût abordable. Notre objectif est de créer de nouveaux marchés qui permettront de réduire les coûts et de faire de ces accumulateurs électriques une solution de stockage viable dans les pays en développement » expose ainsi Riccardo Puliti, directeur principal du pôle Énergie et industries extractives à la Banque mondiale.

Un milliard de financements apporté par la Banque Mondiale, quatre autres milliards à lever

Le but est de soutenir les pays émergents pour qu’ils basculent immédiatement dans des productions d’énergie propres et stables. La Banque Mondiale s’est engagée, par la voix de son président Jim Yong Kim, à investir un milliard de dollars dans des projets de stockage, afin d’encourager les financeurs.

Le groupe se donne ainsi l’objectif de lever quatre milliards supplémentaires, un milliard sous forme de financements concessionnels pour l’action climatique des Fonds d’investissement climatique, notamment par le biais de structures comme le Fond pour les Technologies Propres (FTC), et au moins trois milliards auprès des secteurs publics et privés. L’ambition est d’installer d’ici 2025 17,5 GWh de capacités de stockage supplémentaires – ce qui multiplierait par cinq cette capacité.

Soutient aux politiques publiques et recherche de solutions adaptées aux pays émergents

Au-delà, ce programme se propose d’accompagner l’instauration de politiques publiques locales permettant d’intégrer ces installations de stockage, y compris via des pilotages smart grid. La Banque Mondiale veut également inciter les marchés publics à favoriser les technologies respectueuses de l’environnement et les programmes de recyclage.

centrale solaire pour les situations d'urgence en Gambie

stockage-banque-mondiale-pays-emergents

stockage-banque-mondiale-pays-emergents

Enfin, l’organisation va fédérer des laboratoires nationaux, des instituts de recherche, des organismes de développement et des organisations philanthropiques, afin de développer, promouvoir et adapter des solutions de stockage adaptées aux besoins des pays en développement.

Cette initiative prouve la volonté des institutions internationales de favoriser intelligemment les énergies renouvelables – mais aussi la conscience, désormais largement partagée, que le stockage de l’électricité est une des clés fondamentales de la transition énergétique.

 

Publié initialement sur Les Smartgrids.fr

Voir toutes les actualités