Monthly Archives: avril 2017

Parcs éoliens Pas de nuisances sonores problématiques

Face au développement de l’éolien et à des plaintes de riverains invoquant des troubles de santé, les ministères de la Santé et de l’Environnement ont chargé l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) d’une évaluation des risques. L’avis qu’elle vient de publier ne va pas plaire aux anti-éoliens !

 

L’Anses avait pour mission d’évaluer « les effets sanitaires liés aux basses fréquences sonores et aux infrasons émis par les parcs éoliens ». Si l’Agence a expertisé toutes les études et données disponibles concernant leurs effets potentiels sur la santé, elle a également fait réaliser des mesures de bruit incluant les basses fréquences et les infrasons à proximité de plusieurs parcs éoliens.

Le protocole a été établi de façon à caractériser les émissions sonores le plus précisément possible. L’un des parcs est constitué de grandes éoliennes puissantes, c’est a priori le plus émissif ; les deux autres sont de configuration classique, mais l’un fait l’objet de plaintes et l’autre pas.

Les mesures ont été réalisées avec des vitesses et des directions du vent différentes, simultanément en quatre lieux situés à la distance minimale réglementaire de 500 mètres des premières habitations. Elles ont été complétées par des mesures effectuées en façade d’une maison implantée au plus près de chaque parc (elles étaient situées à 900 mètres).

Si ces mesures confirment que « la part des infrasons et des basses fréquences sonores prédomine dans le spectre d’émission sonore des éoliennes », elles ne montrent en revanche « aucun dépassement des seuils d’audibilité dans les domaines des infrasons et des basses fréquences ».

MEILLEURE INFORMATION DES RIVERAINS ET MESURE EN CONTINU DU BRUIT

Les connaissances actuelles « ne justifient ni de modifier les valeurs d’exposition au bruit existantes, ni d’introduire des limites spécifiques aux infrasons et basses fréquences sonores », conclut l’Anses. En revanche, face au mal-être de certains riverains et au fait que « l’état de santé de la population dépend en partie de son degré d’information et de participation » quand les projets d’aménagement sont proches, l’Agence recommande une meilleure information des riverains lors de l’implantation des parcs éoliens et une mesure en continu du bruit autour de ces parcs, et propose de poursuivre les recherches sur les relations entre santé et exposition aux infrasons et basses fréquences sonores.

En l’état actuel des connaissances, si les éoliennes semblent hors de cause, il existe bien des symptômes liés au stress de riverains… qui pourraient notamment provenir des multiples arguments d’opposition qui circulent, véhiculés en particulier par Internet et susceptibles de contribuer à la création d’une situation anxiogène, notent les experts. Les anti-éoliens sont prévenus !

Initialiement publié sur QueChoisir par Elisabeth Chesnais

Plus d’1 million de batteries pour la plus grande ferme solaire du monde

Une ferme solaire gigantesque verra bientôt le jour en Australie du Sud. Ce sera la plus grande de son genre dans le monde avec plus de 3,4 millions de panneaux solaires et plus de 1 million de batteries installés d’ici la fin de l’année 2017.

Bienvenue dans le sud de l’Australie, près d’Adélaïde. C’est un lieu aride et isolé qui abritera dans quelques mois le plus grand parc solaire du monde. Lyon Group, le constructeur en charge du projet, assure que les travaux devraient commencer au début de l’été pour une mise en marche partielle dès septembre 2017. Au total, plus de 3,4 millions de panneaux solaires et 1,1 million de batteries individuelles seront installés. À terme, ils pourront générer 330 mégawatts d’énergie et stocker au moins 100 mégawatts.

D’autres installations la dépasseront en superficie dans le monde, mais celle-ci devrait surpasser toutes les autres fermes solaires en termes de capacité de production et de stockage. La particularité de ce projet est la présence sur un même site de panneaux solaires et de batteries. « Nous constatons que des parcs à grande échelle où coexistent des panneaux solaires et des batteries sont une solution incontournable dans toute démarche de décarbonisation. Des projets de ce type, de projets d’énergies renouvelables, représentent l’avenir », déclarait il y a quelques jours Jay Weatheril, le Premier ministre d’Australie-Méridionale.

Le projet se fera par étape. Dans un premier temps, 20 mégawatts de panneaux et 2 mégawatts de batteries lithium seront mis en service en septembre 2017. Dans un deuxième temps, 100 mégawatts de panneaux et 20 mégawatts de batteries seront rajoutés pour être opérationnels avant fin 2017. À terme, le parc devrait couvrir une superficie de 4 000 mètres carrés. Le coût total du projet est quant à lui estimé à environ 1 milliard de dollars.

L’utilisation des énergies renouvelables en Australie du Sud est une question très débattue en ce moment au niveau local. Depuis septembre, l’État australien de l’Australie du Sud subit une série de coupures de courant qui a déclenché un débat politique féroce sur la dépendance de l’État aux énergies renouvelables. Les coupures y sont récurrentes, mais le problème a empiré au point de parler de « crise énergétique ». Certes, l’Australie est à ce jour le plus grand consommateur d’énergie renouvelable, mais ces énergies ne délivrent pas d’électricité toute l’année puisque celle-ci ne peut être stockée. Cette nouvelle ferme devrait donc pouvoir « régler » une partie du problème.

Il y a quelques jours, Elon Musk avait également voulu apaiser les tensions en proposant de régler le problème énergétique en équipant la région d’une ferme de batteries dont la puissance totale atteint les 100 MW (le minimum nécessaire pour que l’Australie-Méridionale ne subisse plus de coupures d’électricité), le tout en seulement cent jours. Si ce délai n’était pas respecté, Elon Musk avait affirmé qu’il le ferait gratuitement.

 

Initialement publié en français sur Sciencepost.fr, Source

5 astuces pour relancer un recruteur après un entretien

Nous l’avons vu, la relance est un art subtil et il vaut mieux parfois s’informer en amont

Après un entretien, il est toujours intéressant de reprendre contact avec le recruteur, pour une raison très simple : lui donner envie d’acheter notre candidature.

  1. Un email de remerciement pour la qualité de l’entretien (et non pour « le temps que vous m’avez consacré ») est l’occasion de réaffirmer votre attrait pour le poste et pour ses missions. C’est aussi l’occasion de montrer que vous avez bien cerné le poste, et d’asseoir la pertinence de votre candidature.
  2. Votre email « de relance » peut vous permettre d’apporter des idées nouvelles par rapport au poste : « vous m’avez indiqué en entretien que… je pense que nous pourrions prévoir de… j’ai pensé à certaines pistes pour…  et je serais ravi(e) de pouvoir en reparler avec vous lors de notre nouvelle entrevue ». Le recruteur sait alors que vous êtes intéressé par le poste, il faut donc trouver le moyen de vous rendre encore plus intéressant.
  3. D’ailleurs, si vous n’êtes pas reparti de l’entretien avec des informations sur la suite du processus, profitez de cet email, cela vous évitera un échange supplémentaire.
  4. En effet, dans tous les cas, n’oubliez pas d’être pertinent pour rester professionnel, mais également synthétique et enthousiaste pour ne pas donner l’impression d’être trop insistant.
  5. Enfin, Vous pouvez également opter pour la relance téléphonique ; il n’est pas rare qu’un recruteur vous laisse sa carte avec sa ligne de téléphone directe. Une conversation téléphonique sera bien plus dynamique qu’un échange par email, et pourrait se révéler bien plus pertinent…

Envie de relever un nouveau challenge ? Découvrez toutes nos offres d’emploi.

Nos conseils pour éviter le turn-over massif

Selon une étude de Hay Group, le taux de turnover en entreprise en France devrait atteindre 15,1 % en 2018. Ce turnover augmenterait principalement dans les secteurs de la technologie et de la communication, en croissance. Pourquoi les entreprises ont-elles un taux de turnover de plus en plus élevé et comment l’améliorer ?

 Les causes d’un turnover en entreprise élevé

Le turnover en entreprise, correspondant à la rotation du personnel dans l’entreprise est un indicateur de la bonne santé de l’entreprise.
En effet, un taux trop élevé est souvent synonyme de conditions de travail difficiles, d’un mauvais climat social, d’un manque de perspectives d’évolution ou encore d’un manque d’attractivité de l’entreprise par rapport à ses concurrents.
Une mauvaise gestion des ressources humaines peut également en être la cause. En effet, une mauvaise gestion des carrières, une erreur de recrutement ou encore le blocage des promotions peut être à l’origine d’un taux de turnover élevé.

 

Le coût du turnover en entreprise

Le coût du turnover en entreprise est souvent difficile à évaluer. Mais on peut déterminer un impact financier et un impact sur le moral des salariés.

En effet,  le départ d’un salarié engendre des coûts de recrutement et de formation des nouveaux salariés. Sans parler des moyens financiers déjà engagés pour recruter ces anciens salariés. A cela s’ajoute les frais d’intégration ou encore la perte de production pendant le temps de formation.

Le moral des salariés encore en poste peut aussi être affecté. Ils doivent faire fasse au départ d’un salarié mais aussi recréer un climat de confiance avec de nouveaux collaborateurs.

 

Quelques conseils pour diminuer le turnover en entreprise

Pour fidéliser les salariés, favoriser plus d’implication et mettre l’accent sur la valorisation du travail est indispensable. La stratégie RH doit permettre de créer un sentiment de proximité, de confiance et d’engagement au sein de l’entreprise.  Pour cela :

  1. Offrir une rémunération compétitive.
    Même si la rémunération n’est pas le premier facteur de motivation pour tous les salariés, offrir un salaire légèrement supérieur (10% par exemple) à celui du marché montrera que l’entreprise prête attention au bien être de ses salariés. Il est également important de penser à attribuer des primes pour que les salariés sentent leurs efforts récompensés.
  2. Offrir des avantages en nature ou offrir d’autres possibilités.
    En effet, fournir une voiture de fonction, des tickets restaurants, des outils de travail comme un ordinateur ou un Smartphone montrera que vous voulez que le travail de vos salariés se fasse dans les meilleures conditions possibles.
    De plus, les salariés recherchent plus de flexibilité afin de trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, ainsi offrir la possibilité du télétravail peut être une solution.
  3. Offrir des perspectives de promotion
    Offrir des perspectives de promotion en interne ou permettre la mobilité géographique pour valoriser le travail des salariés. Leur donner plus de responsabilités ou leur confier une équipe est un moyen de les faire sentir plus importants pour l’entreprise. De cette manière, ils s’impliqueront davantage.
  4. Travailler avec un cabinet de recrutement
    Pour offrir à tout moment des perspectives d’évolution intéressantes à vos salariés  ou éviter des erreurs de recrutement. En effet, l’entreprise qui recrute en urgence du fait d’un départ imprévu n’aura pas pu planifier le recrutement. En se précipitant, l’entreprise risque de faire une erreur de casting entraînant le départ anticipé d’une personne. Il ne restera plus qu’à recommencer encore et encore. Recourir à un cabinet de recrutement permet d’avoir des candidatures de qualités et rapidement pour éviter ses erreurs et ne pas aggraver le turnover en entreprises.

 

Initialement publié sur Jobtruster