Monthly Archives: juillet 2017

Renault travaille à une usine de stockage d’énergie

Renault envisage de construire une usine de 100MW – Des batteries neuves ou usagées pourraient être utilisées
Le constructeur collabore avec le spécialiste The Mobility House

FRANCFORT, 8 juin (Reuters) – Renault-Nissan envisage de construire une usine de stockage d’énergie de 100 mégawatts en Europe, avec l’idée de donner une seconde vie à ses batteries électriques, ont rapporté des sources à Reuters.

Comme le spécialiste américain de voitures électriques Tesla , qui s’est lancé dans cette activité, l’alliance franco-japonaise cherche à créer un marché pour les batteries d’occasion tout en encourageant le développement d’infrastructures compatibles avec des voitures électriques.

Cette usine, encore au stade de projet, serait suffisante pour alimenter 120.000 maisons ou pour prendre le relais d’une centrale à gaz ou à charbon en cas de pic de la demande, ont précisé les sources.

Plutôt que de générer de l’électricité en tant que telle, un site de stockage se recharge dans les moments de surplus de l’offre puis revend de l’électricité au réseau quand cela s’avère nécessaire.

Les tenants de tels sites estiment que ces derniers peuvent jouer un rôle clef dans le lissage de la fourniture d’électricité, éliminant ainsi le côté imprévisible de la génération d’énergie d’origine éolienne ou solaire.

Renault-Nissan travaille en partenariat avec le spécialiste allemand du stockage d’énergie The Mobility House à une mégabatterie qui serait fabriquée à partir de batteries, nouvelles comme usagées, a souligné une des sources.

« Nous travaillons avec The Mobility House sur plusieurs programmes, dont un projet important de stockage d’énergie actuellement encore en phase d’étude », a dit Céline Farissier, porte-parole de Renault, sans donner davantage de détails.

Les constructeurs de voitures électriques cherchent à tirer profit de la création d’un marché pour les batteries lithium-ion usagées qui ne peuvent plus assurer la bonne marche des véhicules. Les valoriser pourrait aider à baisser le coût des véhicules électriques et les mégabatteries constituent l’une des pistes pour recycler les cellules d’alimentation.

Le premier partenariat de Nissan, contrôlé à 44% par Renault, avec The Mobility House a donné naissance à un système de stockage d’électricité pour l’Arena d’Amsterdam, le stade du club de football de l’Ajax.

Marcus Fendt, le directeur de la société allemande a dit travailler à une usine de 100 MW avec des partenaires qu’il n’a pas nommés. Il a toutefois précisé que les études étaient destinées à trouver un site pour la construction de l’usine.

 

DES CONSTRUCTEURS FOURNISSEURS DE SERVICES

Renault-Nissan pense notamment à l’Allemagne pour installer cette usine en raison des prix élevés de l’énergie qui y sont pratiqués et du choix du pays en faveur des énergies renouvelables, ont ajouté les sources, relevant que les Pays-Bas étaient également à l’étude.

Le constructeur a étudié un système de stockage d’énergie actuellement opérationnel aux Etats-Unis avant de se lancer dans son programme de recyclage des batteries électriques d’automobiles.

La commission des Services publics californiens a choisi un système de stockage d’énergie de 100MW pour replacer une usine thermique au gaz qui fournit de l’électricité à South California Edison qui couvre la région de Los Angeles.

« Nous estimons que le marché combiné des véhicules et des bus électriques et du stockage d’énergie devrait être multiplié par huit d’ici 2020 pour dépasser les 200 milliards de dollars (178 milliards d’euros), soit un taux de croissance annuel moyen sur cinq ans de plus de 50% », ont noté des analystes de Berenberg.

On estime que quatre millions de voitures électriques devraient circuler sur les routes d’ici 2020. Les constructeurs automobiles cherchent donc des moyens de recycler les batteries. Ainsi, l’américain Tesla propose-t-il déjà des panneaux solaires.

Les allemands Daimler, BMW, Volkswagen et le chinois BYD Co Ltd, ne sont pas en reste.

BMW va ainsi fournir cette année un millier de batteries lithium-ion à la société suédoise de services aux collectivités Vattenfall

« Ce qui pourrait finir par arriver c’est que BMW et Daimler deviennent (..) eux-mêmes des fournisseurs de services aux collectivités », estime Gerard Reid, fondateur d’Alexa Capital LLP, société conseil spécialisée dans l’énergie et la technologie. (Avec Laurence Frost à Paris,; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

 

Publié initialement sur Les Echos – Investir

3 attitudes en entretien qui font fuir les candidats

De nos jours, il serait aisé de penser que le nombre de personnes en recherche d’emploi justifierait que seuls les candidats doivent séduire l’entreprise, et non l’inverse.

Or l’on remarque que dans des domaines bien précis, tels ceux de l’énergie et plus particulièrement des énergies renouvelables, le marché tend de plus en plus vers un marché de candidats. En effet, sur des postes qui nécessitent des compétences techniques ou une expérience certaine, les profils de bons candidats se raréfient.

C’est maintenant à l’entreprise de trouver les moyens de convaincre ces pépites. Cela démarre dès la rédaction de l’annonce, jusqu’à l’entretien, et même au-delà.

  1. Offrir des conditions d’entretien optimales
    Il est essentiel d’offrir aux candidats des conditions d’entretien optimales. Apportez le plus grand soin à la salle dans laquelle vous ferez passer des entretiens, et apportez le même soin au respect de l’horaire indiqué. Certes, c’est vous qui offrez un poste et le candidat est présent pour ce poste, mais gardez à l’esprit les choses qu’il a dû mettre en place pour être en vos locaux, à l’heure.
    Indiquez dès le début de l’entretien son déroulé, et la suite du processus de recrutement s’il y a lieu, cela offre au candidat la possibilité d’adapter son discours au temps que vous lui consacrez, et de se projeter pour la suite.
  2. Etre transparent
    C’est le leitmotiv à suivre pendant tout le processus de recrutement, et encore plus en entretien.
    Soyez transparent sur les informations que vous donnez de l’entreprise, mais aussi sur les futures missions du candidat.
    Aujourd’hui les profils rares ont le choix en termes d’emploi, et à ce titre, ils se renseignent et comparent avant de prendre une décision. Le poste en lui-même n’est plus le seul critère pris en compte : qualité de vie au travail, rémunération, équilibre entre vie privée et vie professionnelle sont autant d’arguments pouvant faire pencher la balance.
    Aussi, de votre site internet jusqu’aux informations que vous donnerez en entretien, tout sera jaugé. Aussi plus il sera rassuré sur ce qu’il sera en mesure d’obtenir, plus il a de chance de vous choisir.
    Clarifiez en amont ce que vous pouvez offrir à la personne qui intégrera votre entreprise : salaire, avantages, mais aussi culture d’entreprise, possibilités d’évolution.
    N’hésitez pas non plus à donner le déroulement concret d’une journée ou d’une semaine de travail afin que le candidat puisse se projeter au mieux dans ce nouveau poste.
  3. Soigner la préparation et le finish
    Si l’entretien n’est pas une pratique sportive, il est pourtant facile de faire quelques parallèles avec le sport. Il faut en effet assurer la préparation et le sprint final.
    Préparez l’entretien en vous intéressant au candidat en amont. Comme en vente, il est important de connaître les attentes de l’acheteur, aussi veillez à bien cerner le candidat en relisant son profil avant l’entretien.
    Il sera alors plus aisé d’adapter votre discours et affûter vos arguments pour capter ce bon profil.La conclusion de l’entretien est la dernière impression que le candidat conservera, aussi ne la bâclez pas. C’est le moment de récapituler les attentes du candidat et surtout de rappeler comment le poste et votre entreprise peuvent y répondre.
    Toujours dans la suite de la transparence, vous pouvez donner votre impression générale sur l’entretien qui vient de se dérouler et rappeler la suite du processus.
    Enfin, n’oubliez pas d’informer rapidement le candidat s’il est retenu pour un prochain entretien. Dans la plupart des cas, ce sont le manque de visibilité sur la suite, et la lenteur du processus qui incite les candidats à accepter d’autres propositions en cours de route, ou à décliner la vôtre.