Monthly Archives: mai 2019

Panorama 2019 des marchés de la transition énergétique

Quelles sont les dix tendances clés sur les marchés de la transition énergétique ? Le Panorama 2019, réalisé par GreenUnivers et EY et présenté au Forum national des éco-entreprises du Pexe, décrypte les évolutions les plus marquantes des politiques publiques, des acteurs et des grands secteurs dans le domaine de la transition énergétique.

L’Etat : une stratégie brouillée par les événements

Du côté de l’État, au cours des derniers mois, la puissance publique a multiplié les signaux contradictoires. Si les ambitions en matière de transition énergétique ne sont pas remises en cause, plusieurs événements récents ont brouillé sa stratégie. La taxe carbone a été la première victime de la crise des gilets jaunes et la présentation de la Programmation Pluriannuelle de l’énergie 2024-2028 a déçu en raison de la révision à la baisse des objectifs en matière d’économies d’énergie et des perspectives limitées pour certaines filières comme le biogaz et l’éolien en mer. Néanmoins, dans ce secteur, 2019 devrait être une année importante. Les résultats de l’appel d’offres du parc éolien de Dunkerque seront bientôt connus, vraisemblablement en juin. Plusieurs milliards d’euros d’investissements et des centaines d’emplois sont en jeu.

Dans les territoires en revanche, la dynamique est autrement plus claire. Et plus forte. Les régions sont en effet de plus en plus nombreuses à passer à l’action dans le déploiement de projets structurants en matière de production d’énergie verte, de mobilité propre, de rénovation thermique des bâtiments…

Les investisseurs se montrent également très actifs, que ce soit pour le financement de projets ou en equity au capital des entreprises du secteur. Un record a d’ailleurs été franchi dans les levées de fonds en 2018.

Consolidation des marchés

Sur les marchés, l’une des tendances les plus spectaculaires est la consolidation rapide du secteur des énergies renouvelables où le nombre de développeurs-producteurs indépendants se réduit comme peau de chagrin. Les fusions-acquisitions sont particulièrement  dynamiques, menées le plus souvent par les utilities comme EDF et Engie ou les géants de l’oil&gas parmi lesquels Total. Sans compter les acteurs étrangers comme EnBW, en négociation exclusives pour racheter Valeco.

Au cours de ces derniers mois, une autre tendance a vu le jour. Désormais, les certificats d’économies d’énergie deviennent un élément incontournable dans le financement des actions en matière d’efficacité énergétique. Ce rôle accru a une conséquence : une facture qui s’envole pour les fournisseurs d’énergie, bailleurs de fonds de ce système.

 

Initialement publié sur GreenUnivers

5 conseils pour ne pas rater votre communication non-verbale

Vous venez enfin de décrocher l’entretien pour le poste idéal. Vous avez déjà préparé votre discours, anticipé les questions potentielles… Avez-vous pensé à votre communication non-verbale ? Gestes inconscients, tenue vestimentaire, expressions du visage, ton de la voix… Autant d’éléments pouvant être très révélateurs, essentiels à la prise de décision lors d’un recrutement.

 

Qu’est-ce que la communication non-verbale ?

« On ne peut pas ne pas communiquer. » (Paul Watzlawick)

La communication non-verbale comprend l’ensemble des échanges qui n’entrent pas dans le cadre de la parole. Cela passe par le comportement physique ou vocal, les expressions du visage ou encore les ma­nifestations psychologiques. De ce fait, la communication non-verbale exprime ce qu’un candidat peut essayer de dissimuler et ce qu’il est réellement. C’est pourquoi il est important de soigner cet aspect lors d’un entretien avec un recruteur, afin de pouvoir lui renvoyer les bons signaux.

 

Détendez-vous

Le principal piège consiste à renvoyer des signaux contradictoires entre ce qui est dit à l’oral et ce que renvoient les gestes. Il sera par exemple difficile pour un recruteur de croire que vous êtes résistant au stress si vous le lui dites avec une voix tremblante, les joues rouges et les mains jouant nerveusement avec votre stylo. Il risque d’en découler un manque de confiance sur les affirmations que vous direz par la suite, et donc, de compromettre votre embauche.

 

Préparez-vous !

Un entretien bien préparé, c’est plus d’assurance et moins de stress. Cela peut permettre la diminution des gestes « parasites » et augmenter vos chances de faire bonne impression.

 

Sachez vous adapter à la situation

Sourire à son interlocuteur, maintenir le contact visuel, avoir une voix assurée et les traits du visage détendus… De nombreuses solutions faciles à mettre en place pour renvoyer une image positive sans parler !

 

Prenez garde à votre gestuelle

Nombreux seront les recruteurs à faire attention à la gestuelle d’un candidat lors de l’entretien. Dans de nombreux cas, des bras ou des jambes croisés peuvent être le reflet d’un manque d’intérêt ou d’écoute pour son interlocuteur, ainsi qu’un indice de renfermement à la discussion. Il faudra donc faire tout particulièrement attention à ces gestes parasites, et opter pour une position droite et une posture d’ouverture.

 

Choisissez votre tenue avec soin

Chaque entreprise dispose de ses propres codes, habitudes et style. Si certains ont pour reflexe de se vêtir du traditionnel costume/cravate, il vaut mieux s’adapter à l’entreprise pour laquelle vous postulez. Optez pour une tenue professionnelle, contextuelle et agréable à porter afin d’être à l’aise lors de votre entretien. Une petite touche traduisant de votre personnalité peut également faire la différence.

 

Alors, prêts pour votre prochain entretien ?

Ne bâclez plus la préparation de vos recrutements

Il est assez fréquent de voir des recrutements se lancer dans l’urgence, sans avoir pris le temps nécessaire pour réfléchir et définir un besoin précis. Malheureusement, les conséquences du manque de préparation d’un recrutement peuvent être lourdes : recrutement qui s’éternise, redéfinition du besoin en cours de route ou pire, mauvais recrutement. Autant de déconvenues qui pourront avoir des répercussions sur la productivité de votre entreprise.

La préparation du recrutement est donc primordiale, car c’est tout le processus qui en découle. Ce travail est à réaliser en interne avec les équipes concernées, mais pour lequel vous pouvez vous faire aider par un cabinet de recrutement.

1. Définir le poste et la mission

La première question à laquelle il vous faudra répondre est : quel est le besoin de l’entreprise ? Combler ce besoin peut être défini comme l’objectif large de votre futur collaborateur, aussi à partir de ce besoin vous pourrez déterminer ses futures missions.

Il est intéressant à ce stade de s’entourer des personnes en lien direct avec le poste.

En effet, plus précises seront les attentes et les objectifs fixés, au mieux vous pourrez cerner le poste. Cela vous évitera l’écueil malheureusement trop fréquent, d’une redéfinition du poste en cours de processus de recrutement.

En plus de savoir ce que le futur employé apportera à l’entreprise, il s’agit aussi de définir les contours du poste au sein de l’entreprise :

  • Quel sera son titre exact
  • Quelle sera sa position dans l’organigramme
  • Quel sera son rôle
  • Avec qui va t’il interagir
  • Quel est le lieu du poste
  • Quelles seront les conditions de travail
  • Conditions de rémunération et avantages sociaux
  • Perspectives de formation et d’évolution…

Définir des objectifs qualitatifs et quantitatifs vous permettra d’être plus clair et précis dans votre offre d’emploi, mais également en entretien d’embauche pour répondre aux questions des candidats :

  • Quel sera le niveau de responsabilité du collaborateur ?
  • Quels sont les résultats et le ROI attendus ?
  • Que devra mettre en œuvre le collaborateur pour réaliser ses objectifs ?

2. Définir le profil et les compétences recherchés

Dès lors que vous aurez fait le tour du poste, vous pourrez alors définir le profil et les compétences que vous recherchez : formation initiale requise, expérience métier et/ou secteur d’activité, connaissances techniques nécessaires…

N’oubliez pas les qualités personnelles qui vous semblent indispensables pour remplir les missions, mais également pour évoluer au sein de l’équipe et de votre entreprise.

Même si vous ne faites pas figurer toutes ces informations dans votre annonce, de telles informations vous seront utiles en entretien afin de trouver la personne idéale tant pour le poste que pour votre structure. Il ne faut pas oublier que la personnalité est à prendre en compte presque autant que les compétences.

Enfin, pensez votre recrutement sur du long terme, en imaginant l’évolution du poste, mais également du candidat au sein de votre entreprise. Ces possibilités d’évolution sont autant d’éléments complémentaires que vous pourrez aborder en entretien et qui peuvent être intéressants pour attirer les talents.

3. Soyez attractif

La définition du poste et du profil terminée, il s’agit ensuite pour vous de trouver les mots pour rendre le poste attractif auprès des candidats.
Si vous êtes accompagnés d’un cabinet de recrutement, son expertise et son regard extérieur pourront vous être utiles afin de mettre en avant les atouts du poste.

Mais au-delà, c’est également votre entreprise et sa culture qui doivent être attractifs pour attirer les meilleurs candidats.

Donnez quelques éléments chiffrés qui démontrent votre croissance, ou le poids de votre structure sur le secteur, et donnez vos perspectives d’évolution afin de permettre à votre future recrue de se projeter.